Des courriels professionnels, des courriers, des messages textes, des comptes rendus, les fautes d’orthographe deviennent une réelle source d’angoisse pour les salariés et leurs employeurs. Une enquête Ipsos, menée pour Le Projet Voltaire auprès du 2.500 employeurs met en lumière que 76 % d’entre eux sont confrontés à ce problème avec leurs salariés. [1] Toujours selon l’étude ISPSOS menée pour le projet voltaire, « 92 % des employeurs jugent qu’une mauvaise maîtrise de la langue française dégrade la réputation et l’image de leur entreprise, et 80 % d’entre eux écartent les candidats ayant des lacunes en orthographe ou en expression. » [2]

Comment appelle-t-on une erreur dans la rédaction d’un texte ?

Une erreur dans la rédaction d’un texte est la définition d’une faute d’orthographe. Étymologiquement, le mot orthographe vient du grec orthographía, composé du terme orthós qui signifie « droit, correct » et de gráphein qui veut dire « écrire ».

On distingue deux types d’orthographes :

L’orthographe lexicale concerne l’écriture du mot que l’on retrouve dans le dictionnaire. Il ne prend pas en compte le contexte de la phrase.

L’orthographe grammaticale fait référence à la façon dont nous écrivons un mot selon un contexte précis. [2]

Quelles sont les fautes d’orthographe les plus courantes ?

Une enquête menée par Orthodidacte met en évidence les fautes d’orthographe les plus courantes en français. Camille Martinez, docteure en sciences du langage et responsable linguistique d’Orthoditacte dit dans Le parisien : « On considère qu’un courriel contient en moyenne 140 mots, ce qui fait environ 3 erreurs par mail. Certes, on est loin du sans-faute mais très loin aussi d’une faute par mot ».

Les fautes d’accent sont majoritaires. Les accents aigus, circonflexes sont oubliés. Par exemple le mot « impôts ». Puis, les accords avec par exemple « de manière direct » (au lieu de manière directe). Enfin, les homonymes sont aussi des erreurs fréquentes, notamment, le « a » et « à » sont confondus. [3]

Comment éviter de faire des fautes d’orthographe ?

Pour les fautes lexicales, le dictionnaire est la meilleure option.

Pour les fautes grammaticales, il est utile de se servir de moyens mnémotechniques par exemple le mot « appuyer » prend deux « p », car on s’appuie mieux sur deux pattes. L’ouvrage 250 dessins pour ne plus faire de fautes de Sandrine Campese aux Éditions de l’Opportun recense des illustrations pour aider à ne plus faire de fautes. [2] De plus, se relire est indispensable au moins 2 fois pour ne pas passer à côté d’une faute que vous auriez pu éviter. Si le texte est envoyé en différé, vous pouvez le relire un peu plus tard afin que les potentielles fautes vous « sautent au yeux ». Par ailleurs, écrire, s’entraîner à la dictée ou lire des ouvrages de qualité réduiront la fréquence de vos fautes.

Est-il grave de faire des fautes d’orthographe ?

Ce n’est pas grave car nous ne savons pas. Nous ne savons pas si la personne ayant écrit ce mail a des troubles « dys » comme la dyslexie qui est une altération spécifique de la lecture et le dysorthographie qui est une altération spécifique de la production d’écrit et de l’orthographe. Non pas, qu’il faille catégoriser une partie de la population mais parfois l’indulgence est de mise. C’est la même chose pour quelques « coquilles » pouvant se glisser dans un texte. D’où l’importance de se relire ou de se faire relire si vraiment nous ne sommes pas certains de notre écrit. N’hésitez pas non plus à vous faire aider par des professionnels.

Comment ne plus faire de fautes d’orthographe ?

La meilleure façon de ne plus faire de fautes d’orthographe est l’entraînement et la concentration. Pour cela, des formations existent et permettent de se perfectionner. Les formations peuvent se faire en présentiel si vous préférez un professeur face à vous ou en ligne pour ceux qui préfère l’autonomie. Pourquoi pas quelques cours en visioconférences pour retrouver les avantages du présentiel sans bouger de chez soi. Par ailleurs, ces formations peuvent être prises en charge par le CPF (compte personnel de formation) en fonction du budget de chacun. A la fin de la formation, une certification permet d’attester des compétences du candidat et de l’ajouter à son CV (curriculum vitae). A cet effet, la certification voltaire est le plus réputée dans le domaine et de bons résultats peuvent être un atout auprès d’un employeur.

Vidéo Youtube : la grammaire en ligne

Pour ceux qui apprécient le format vidéo, la chaîne Youtube propose de nombreux contenus permettant de donner un coup de pouce.

Corriger et vérifier grâce au correcteur : est-ce une bonne idée ?

Le correcteur d’orthographe peut devenir une aide supplémentaire mais il ne doit pas éliminer la phase de relecture. Les correcteurs d’orthographe permettent de faire le dernier point avant de finaliser son écrit. Quelques fautes ou coquilles que l’on ne voit plus à force de relire son texte. En voici quelques uns: reverso, scribens ou encore cordial. Si vous ne faîtes aucune faute alors félicitations !

Sources:

1. https://www.francebleu.fr/infos/societe/fautes-d-orthographe-au-travail-un-critere-scrute-par-les-employeurs-pour-recruter-1635143936

2. Fautes d’orthographe: comment ne plus en faire ? https://www.projet-voltaire.fr/dossier-voltaire/fautes-d-orthographe-comment-ne-plus-en-faire/

3. Grand débat : plus de 2 millions de fautes d’orthographe dans les contributions : https://www.leparisien.fr/societe/grand-debat-plus-de-2-millions-de-fautes-d-orthographe-21-05-2019-8076720.php#:~:text=Plus%20d’un%20tiers%20(36,n’est%20pas%20en%20reste.

Alexandra DEL BANO

Alexandra DEL BANO

Référent Handicap & Resp. du pôle formation

  • Contact direct du référent Handicap de notre centre de formation (FOAD) : +33 (0)7 80 91 32 93

Masseuse-kinésithérapeute diplômée d'état en 2013 et ayant exercée en libéral jusqu'en septembre 2021, Alexandra DEL BANO est aussi équicoach certifiée Cotac©, référente pédagogique et formatrice.

Aller au contenu principal