La formation professionnelle continue n’est pas qu’un droit, c’est aussi un devoir. Elle a pour objectif d’actualiser les connaissances théoriques et pratiques de l’ensemble des professionnels de santé. Ainsi, qu’une amélioration des compétences sociales, préventives et éducationnelles.

La formation médicale continue devient digitale

Les métiers de la santé n’échappent pas à la numérisation de la formation. Il est évident que certaines formations ne peuvent se faire en distanciel mais de plus en plus d’organismes de formation proposent des modèles hybrides à distance et en présentiel.

A ce titre, les formations à distance (FOAD) présentent plusieurs avantages :

  • Le temps : les formations digital learning permettent à l’apprenant de se former à son rythme (en remplacement d’un rendez-vous annulé, le week-end, le soir, etc.).
  • Les supports : la formation à distance offre plusieurs type de supports (Quiz, vidéos, diaporama, fiches de synthèse, jeux, documents et exercices imprimables).
  • Le coût des formations est moindre car il n’y a pas à prévoir de frais de déplacements.
  • Les échanges entre pairs grâce aux outils collaboratifs (forum, quiz, jeux, etc.)

Qu’est-ce que le DPC ?

Le développement professionnel continu (DPC) est une obligation pour les professionnels de santé qui doivent suivre 2 actions de formations sur une période de 3 ans.

Les « parcours de DPC » sont définis par les Conseils Nationaux Professionnels (CNP) de chaque profession ou autres instances compétentes.

Selon sa formation initiale, les salariés ou libéraux doivent effectuer entre 14 heures et 21 heures de formation.

Ainsi, les actions et programmes de formation sont dispensés par des organismes ou structures (associations, établissements de santé, universités, sociétés commerciales…) enregistrés par l’Agence nationale du DPC en lien avec un problème de santé publique (orientations nationales prioritaires, méthodes et modalités validées par la Haute Autorité de Santé…). [1]

Pourquoi les soignants doivent-ils se former régulièrement ?

Le secteur de la santé est en constante évolution et les professionnels de santé ont besoin de vérifier leurs connaissances, d’apprendre de nouvelles compétences et d’améliorer les pratiques dans le but d’améliorer la prise en charge de leurs patients.

Ainsi, les Agences Régionales de Santé (ARS) sont en charge de vérifier le respect des obligations de formations. Dans le cas contraire , des amendes sont prévues et sont comprises entre 1500 et 3000 euros [2].

Devenir centre de formation continue Ogdpc

Afin de devenir centre de formation continue des professionnels de santé, les organismes doivent créer un compte sur le site de l’Ogdpc.

A la suite de cette inscription, ils proposent leur formation à la validation de la prise en charge DPC, permettant une aide financière à la formation des professionnels de santé dont le budget annuel alloué est propre chaque profession.

Ces formations doivent rentrer dans le cadre établi par le Collège National Professionnel (CNP) et concerne les thèmes suivants : l’évaluation et l’amélioration des pratiques (audit, bilan de compétences, réunions de concertation pluridisciplinaire), la gestion des risques et la formation (en ligne ou en présentiel). [3]

Obligation de formation continue dans le domaine du soin

Les métiers de la santé doivent respecter l’obligation de formation continue et notamment des formations spécifiques comprenant 19 méthodes dont 11 sur l’évaluation et l’amélioration des pratiques, 3 sur la gestion des risques et 5 sur la formation). [3] De plus, ces formations bénéficient d’une aide financière sous forme de forfait associé à une indemnisation pour participation à une action de développement professionnel continu.

Un des enjeux du DPC

La santé publique pour les personnes âgées en risque de perte d’autonomie

La population vieillissante demande la mise en place d’un dispositif de formation adaptée à la situation démographique. Ainsi, les professionnels de santé doivent être formés à la prise en charge des patients âgés risquant une perte d’autonomie. L’objectif est de maintenir les patients à domicile afin d’éviter le recours excessif aux hospitalisations, de coordonner les différents intervenants dans le parcours de soins et de réguler la prise de médicaments. [4]

Quelles formations santé sont demandées par les infirmiers, médecins, kinésithérapeutes et pharmaciens ?

De nombreuses formations sont proposées disponibles en digital learning.

En voici quelques exemples, pour :

  • Les infirmiers : soins palliatifs et accompagnement à la fin de vie, gestion de la violence et de l’agressivité, plaies et cicatrisations, psychiatrie et santé mentale.
  • Les médecins : troubles du cycle chez la jeune fille, repérage et prise en charge des risques suicidaires, prise en charge des patients diabétiques.
  • Les pharmaciens : les traitements anti-cancéreux et leur gestion, troubles psychiques chez l’enfant et l’adolescent, les plans pharmaceutiques personnalisés.
  • Les masseur-kinésithérapeutes : thérapie manuelle, kinésithérapie du sportif, prise en charge des troubles pelvi-périnéaux, la prévention des risques de chute chez les personnes âgées.

Sources

  1. Le développement professionnel continu en France: https://www.agencedpc.fr/
  2. Formation DPC: Qu’est-ce que je risque si je ne suis pas l’obligation triennale ? https://blog.quantum-sante.fr/
  3. Démarches et méthodes DPC: https://www.has-sante.fr/
  4. Le dispositif Paerpa. https://solidarites-sante.gouv.fr/
Alexandra DEL BANO

Alexandra DEL BANO

Référent Handicap & Resp. du pôle formation

  • Contact direct du référent Handicap de notre centre de formation (FOAD) : +33 (0)7 80 91 32 93

Masseuse-kinésithérapeute diplômée d'état en 2013 et ayant exercée en libéral jusqu'en septembre 2021, Alexandra DEL BANO est aussi équicoach certifiée Cotac©, référente pédagogique et formatrice.

Aller au contenu principal